lundi 25 mars 2013

Le dématérialisé un danger pour le consommateur ?

Alors que les ventes physiques s’écroulent et que les consommateurs se tournent de plus en plus vers le dématérialisé, certains joueurs se posent des questions quant à la viabilité de ce mode de consommation. Proposant des services pour la plupart gratuit et des prix défiant toute concurrence, le dématérialisé représentera dans quelques années plus des 3/4 des ventes mondiales de jeux vidéo. Steam, Origin, Uplay, Playstation Store, Xbox Live Arcade et j’en passe. Le marché a su s’étoffer au fil des années et proposer toujours plus aux consommateurs. Les prix pratiqués y sont avantageux, et des promotions y sont souvent organisées, histoire d’attirer encore plus de clients dans la « tourmente » du dématérialisé. Et si le système venait un jour à s’écrouler ? Sommes-nous réellement propriétaire de nos achats ?
image de steam


Panne Mondial :
image d'un problème serveur
Après une dure journée de labeur, vous rentrez tout fier de votre journée. Et comme chaque soir, vous décidez de consacrer un peu de temps à votre loisir/passe-temps/passion. Vous allumez donc l’ordinateur, vous lancez à la suite TeamSpeak, puis Steam. Erreur de connexion au réseau Steam … Étrange. Sceptique, vous attendez quelques minutes … Toujours rien. Vous décidez de prendre le taureau par les cornes et allez jeter un petit coup d’œil sur les réseaux sociaux. Plusieurs autres joueurs semblent avoir le même problème que vous. Maintenance de la part de Valve ? Peut-être. Vous vous dirigez de ce pas vers le Facebook, puis le Twitter de Steam. Aucune information sur ce petit incident. Tant pis, vous remettrez ça demain.

Le lendemain, rebelote : toujours une erreur en lançant le logiciel. Le site Internet Steam ne répond pas non plus. Sans le savoir, vous venez d’être victime d’un problème qui pourrait survenir dans les années futures : la disparition pure et simple d’une plateforme. Bien qu’à l’heure actuelle, la plateforme ne s’est jamais aussi bien portée, il est envisageable qu’un jour, une plateforme de cette envergure sombre pour une raison ou une autre : hack, base de données obsolètes ou même fermeture pure et simple de l’entreprise. Tous les scénarios peuvent-être envisageables, et pourraient réellement se produire. Relativisions cela dit : ce ne sera pas pour tout de suite, étant donner que les plateformes de contenu dématérialisé sont en plein essor.

image du xbox live et du psn
Pourquoi j’ai choisi Steam ? Car la plateforme du géant Valve est bien la plus connue, et l’une des plus utilisé à travers le monde. J’aurais également pu prendre le Playstation Store ou encore le Xbox Live Arcade, les deux plateformes propriétaires respectives de Sony (Playstation) et Microsoft (Xbox). Tout cela revient au même : les consommateurs achètent régulièrement sur ces plateformes pour se procurer les jeux. Ils les achètent la plupart du temps à des prix avantageux, comparés à ceux qu’on trouverait en boutique spécialisée ou parfois même sur les sites de ventes sur Internet. Le joueur est sans cesse sollicité pour dépenser de l’argent virtuel, et se procurer son jeu, tout aussi virtuel. Les entreprises utilisent quelques procédés afin d’attirer dans les mailles du filet de nouveaux clients … Comment font-elles ?


Shut Up, and take my Money !

texte : shut up and Take my money
Soyons honnêtes : si le dématérialisé a si bien marché ces dernières années, c’est qu’il propose la plupart du temps de bonnes occasions de faire quelques économies. Un jeu bradé à -75 %, cela vous tente ? Les plateformes ont su, en très peu de temps, se faire désirer sur ce côté-ci : qui n’a jamais attendu avec impatience les soldes d’hiver de Steam, pour se procurer Batman Arkham City à 10 € au lieu de 45 ? En plus de proposer quelques bonnes occasions, et ce de manière régulière, les plateformes dématérialisées savent susciter l’attente du consommateur sur un produit. Proposant la plupart du temps des bonus de pré-commandes à tout va, une autre sorte de procédé a fait son apparition : la récompense de pré-achat. Il vous suffit simplement d’acheter le jeu avant sa sortie. Une fois la transaction effectuée, plusieurs paliers sont mis en place : plus le jeu en question se vendra auprès des joueurs, plus les bonus in-game (voire même des jeux gratuits) afflueront. Une façon de promouvoir un titre, et de faire une publicité « gratuite » auprès des joueurs qui parleront forcément du jeu et des éléments déblocables après achat auprès de leur entourage. Pas bien fin, mais les ventes sont au rendez-vous et c’est cela qui compte pour les plateformes.


On en devient accro …

image du marché Steam
En plus de proposer des promotions toujours plus régulières et intéressantes, les plateformes proposent toute une batterie d’outils plus ou moins utiles aux joueurs : prise de screen-shots, mini forum intégré, possibilité de sauvegarde dans le Cloud, service gratuit de mise à jour des jeux … Tout cela est fort pratique, et les joueurs ne s’en plaindront pas. Mais cela, au final, ne sert qu’à une chose : rendre « accro » les joueurs à la plateforme. Difficile de quitter son petit confort pour un monde moins luxueux. Tout est donc fait pour que le joueur s’y sente comme chez lui, et qu’il ne puisse plus jamais quitter la plateforme. Un client satisfait restera, et devient un client potentiel pour le magasin en ligne de l’entreprise. Ainsi, la dépendance d’une plateforme peut débuter grâce à quelques promotions. Vous voyez que des promos affluent sur telle ou telle plateforme, vous commencez par vous prendre un premier jeu. Puis, deuxième vague de soldes, un second jeu, et ainsi de suite … Puis enfin, vous commencez à acheter les jeux au prix fort, et votre dépendance à la plateforme en devient quasi-totale. Vous ne pouvez plus vous en passer, et votre compte bancaire non plus …

« Pourquoi changer alors que l’on est si bien sur cette plateforme ? De plus, il y a encore tous mes jeux. Et puis, plus on a de jeux, et moins on a envie de s’en débarrasser, vu l’argent qu’on a investi dans la chose. J’ai claqué presque 700 € sur Steam, pourquoi je devrais abandonner la plateforme ? En plus, des revendeurs de clés Steam existent, ce qui me permet d’acheter des jeux Steam, à moindre prix. Et en plus, je profite de maxi promos toute l’année. Et en plus, même les jeux non-Steam peuvent-être lancés via Steam. Et en plus …. »

Et mes achats alors ?

Revenons si vous le voulez bien au vif du sujet : si j’achète un jeu, m’appartient-il ? A priori, oui. On peut le télécharger à sa guise, en faire « ce que l’on veut » (ou pas, cela dépend des conditions d’utilisations du logiciel) et même créer des mods sur certains d’entre eux. Mais voilà : comme cité plus-haut, nous ne sommes pas à l’abri d’un hack sur les serveurs distants ou d’une fermeture de l’entreprise. Comme tous vos achats ne sont finalement pas réels, vous l’avez dans l’os, puisqu’une fois que les serveurs distants ne répondent plus, il vous sera tout simplement impossible de récupérer vos jeux (de manière légale). La forte somme d’argent investie ne sera plus, et vous n’aurez que vos yeux pour pleurer. Une triste affaire, qui pourrait remettre en cause la direction que prend l’industrie du jeu vidéo en ce moment même.

Vous pourriez vous dire qu’une fois téléchargé, votre jeu est confortablement installé sur le disque dur de votre console ou de votre ordinateur. Mais sachez que tout objet possède une durée de vie, et que rien ne dure dans le temps. Vous n’êtes pas à l’abri d’une panne (ou de la casse), et adieu les quelques jeux qui dormaient silencieusement au fin fond de votre espace de stockage. Au final, que retenir ? Le dématérialisé, c’est bien car cela nous fait faire de grosses économies chaque année, mais nous ne sommes pas à l’abri d’un pépin qui pourrait faire capoter tous nos achats, et par la même occasion notre passion. Tout stocker dans le cloud est une bonne idée, mais l’idée de tout perdre serait insoutenable pour certains. Il ne vous reste plus qu’à passer vos week-end à faire des copies sur support physique de vos jeux, films, et Blu-Ray que vous avez achetés en dématérialisé (pour le refaire tous les 3 ans avant la panne de votre support de sauvegarde).

Image d'un magasin de jeux vidéo
Au final, les jeux en boites, c’était pas si mal non ?




Source : Gamer news